Fièvre jaune

Proposé par l'association RADIODIFFUSION ET TELEVISION MSA-TV DU GROUPE AFRICAN HEALTH MODEL ORGANISATION/MODELE SANTE AFRICA (AHMO-MSA)


Le 17/05/2019
   Villiers-le-Bel (95400)




Principaux faits



  • La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés. Le terme «jaune» fait référence à la jaunisse présentée par certains patients.

  • Les symptômes sont les suivants: fièvre, céphalées, ictère, myalgies, nausées, vomissements et fatigue.

  • Dans une petite proportion des cas, les patients contractant la maladie développent des symptômes sévères et environ la moitié d'entre eux meurent dans les 7 à 10 jours.

  • Le virus est endémique dans les régions tropicales d'Afrique, d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

  • De grandes épidémies de fièvre jaune surviennent lorsque des sujets infectés introduisent le virus dans des zones très peuplées avec une forte densité de moustiques et où la plupart des gens sont peu ou pas immunisés à cause des insuffisances de la vaccination. Dans ces conditions, les moustiques infectés transmettent le virus d'une personne à l'autre.

  • La prévention de la fièvre jaune est possible grâce à un vaccin extrêmement efficace, sûr et peu coûteux. Une seule dose de celui-ci confère une immunité durable et protège à vie contre la maladie, sans qu'il y ait besoin d'une dose de rappel. Le vaccin confère une immunité efficace dans les 30 jours pour 99% des sujets vaccinés.

  • Un bon traitement symptomatique en milieu hospitalier améliore les taux de survie. Il n'existe pour l'instant aucun médicament antiviral spécifique contre la fièvre jaune.

  • La stratégie d'élimination de l'épidémie de fièvre jaune (EYE, de l'anglais «Eliminate Yellow fever Epidemics ») lancée en 2017 est une initiative sans précédent. Avec la participation de plus de 50 partenaires, ce partenariat EYE aide 40 pays à risque en Afrique et dans les Amériques en matière de prévention, de diagnostic et d'intervention face aux cas suspects et aux flambées de fièvre jaune. D'ici 2026, plus d'un milliard de personnes devraient être protégées contre la maladie.




Signes et symptômes


Une fois qu'on est infecté par le virus de la fièvre jaune, la période d'incubation dans l'organisme dure de 3 à 6 jours. L'infection reste asymptomatique chez de nombreuses personnes mais lorsque des symptômes apparaissent, les plus courants sont de la fièvre, des myalgies, au premier plan desquelles des dorsalgies, des céphalées, une perte de l'appétit, des nausées ou des vomissements. Dans la plupart des cas, les symptômes disparaissent au bout de 3 à 4 jours.


Dans une petite proportion des cas, les patients entrent cependant dans une deuxième phase, plus toxique, dans les 24 heures suivant la rémission initiale. Une fièvre élevée se réinstalle et plusieurs systèmes organiques sont touchés, en général le foie et les reins.


Dans cette phase, un ictère apparaît souvent (jaunissement de la peau et des yeux, d'où le nom de «fièvre jaune»), avec des urines sombres et des douleurs abdominales accompagnées de vomissements. On peut observer des saignements dans la bouche, le nez, les yeux ou au niveau de l'estomac. La moitié des malades présentant cette phase toxique meurent dans les 7 à 10 jours.

Diagnostic


La fièvre jaune est difficile à diagnostiquer, surtout dans les stades précoces. Dans sa forme plus sévère, on peut la confondre avec le paludisme grave, la leptospirose, l'hépatite virale (surtout les formes fulminantes), d'autres fièvres hémorragiques, d'autres maladies à flavivirus (comme la dengue hémorragique) ou une intoxication.


Les tests sanguins (RT-PCR) permettent parfois de détecter le virus à un stade précoce de la maladie. Aux stades plus tardifs, il faut procéder à des tests pour identifier les anticorps (ELISA et PRNT).


Populations à risque


La fièvre jaune est endémique sur tout le territoire ou dans certaines régions de 47 pays d'Afrique (34 pays) et d'Amérique latine (13 pays). Une modélisation basée sur des sources de données africaines a permis d'estimer la charge de morbidité imputable à cette maladie en 2013: il y a eu 84 000 à 170 000 cas graves et 29 000 à 60 000 décès.


Les voyageurs occasionnels se rendant dans des pays d'endémie peuvent rapporter la maladie dans des pays où il n'y a pas de fièvre jaune. Afin d'éviter de telles importations, de nombreux pays exigent un certificat de vaccination antiamarile avant de délivrer des visas, notamment si les voyageurs viennent de zones d'endémie ou ont visité ces régions.


Dans les siècles passés (du XVIIe au XIXe siècle), la fièvre jaune a été amenée en Amérique du Nord et en Europe et y a provoqué de grandes épidémies qui ont perturbé les économies, le développement et, dans certains cas, décimé les populations.


Transmission


Le virus de la fièvre jaune est un arbovirus appartenant au genre Flavivirus et il est transmis par certaines espèces de moustiques des genres Aedes et Haemogogus. Ces espèces vivent dans des habitats différents, certaines se reproduisent autour des maisons (domestiques), d'autres dans la jungle (sauvages) et d'autres encore dans les deux types d'habitats (semi domestiques). Il y a 3 types de cycles de transmission:



  • Fièvre jaune selvatique (dans la jungle): dans les forêts tropicales humides, les singes, principal réservoir de la maladie, sont piqués par des moustiques sauvages des genres Aedes et Haemogogus. qui transmettent le virus à d'autres singes. À l'occasion, des êtres humains travaillant ou se déplaçant dans la forêt sont piqués par les moustiques infectés et développent la fièvre jaune.

  • Fièvre jaune intermédiaire (ou rurale) : dans ce type de transmission, des moustiques semi-domestiques (ceux qui se reproduisent aussi bien dans la nature qu'autour des habitations) infectent les singes et l'être humain. Le contact accru entre l'être humain et les moustiques infectés entraîne l'augmentation de la transmission et de nombreux villages isolés dans une même zone peuvent connaître des flambées simultanées. C'est le type de flambée le plus courant en Afrique.

  • Fièvre jaune urbaine: de grandes épidémies se produisent lorsque des sujets infectés introduisent le virus dans des zones très peuplées avec une forte densité de moustiques Aedes Egypti où la plupart des gens sont peu ou pas immunisés à cause  des insuffisances de la vaccination ou n'ont pas été exposés à la fièvre jaune. Dans ces conditions, les moustiques infectés transmettent le virus d'une personne à l'autre.


Traitement


L'administration rapide d'un bon traitement symptomatique à l'hôpital améliore les taux de survie. Il n'existe actuellement aucun médicament antiviral spécifique contre la fièvre jaune, mais des soins spécifiques pour traiter la déshydratation, l'insuffisance hépatique et rénale et la fièvre améliorent l'issue de la maladie pour les patients. Les antibiotiques permettent de traiter les surinfections bactériennes.


Prévention


1. Vaccination


C'est le moyen de prévention le plus important pour éviter la fièvre jaune. Le vaccin antiamaril est sûr et peu coûteux; une seule dose confère une protection à vie contre la maladie sans qu'il soit besoin d'administrer une dose de rappel.


On a recours à plusieurs stratégies de vaccination pour se prévenir lla fièvre jaune et enrayer sa transmission: vaccination systématique des nourrissons; campagnes de vaccination de masse destinées à accroître la couverture dans les pays à risque; vaccination des voyageurs allant dans des zones d'endémie.


 Dans les zones à haut risque où la couverture vaccinale est faible, la reconnaissance rapide des flambées et leur maîtrise par la vaccination de masse sont essentielles pour prévenir les épidémies. Il est important de vacciner la majorité de la population exposée au risque (au moins 80%) pour prévenir la transmission dans une région où sévit une flambée de fièvre jaune.


Le risque de «manifestations postvaccinales indésirables» (MAPI) est plus élevé pour les personnes âgées de 60 ans et plus et pour tout sujet présentant une immunodéficience sévère due à une infection à VIH/sida symptomatique ou à d'autres causes, ou encore ceux qui ont des troubles du thymus. Le vaccin sera prescrit aux personnes de plus de 60 ans après une évaluation soigneuse des risques et des avantages.


Les personnes en général exclues de la vaccination sont les suivantes:



  • les nourrissons de moins de 9 mois;;

  • les femmes enceintes, sauf au cours d'une flambée quand le risque d'infection est élevé;

  • les personnes présentant des allergies graves aux protéines de l'oeuf; et

  • les personnes présentant une immunodéficience grave due à une infection à VIH/sida symptomatique ou présentant des troubles thymiques.


Conformément aux Règlement sanitaire international (RSI), les pays ont le droit d'exiger des voyageurs qu'ils présentent un certificat de vaccination antiamarile. S'il existe des motifs médicaux pour qu'ils ne soient pas vaccinés, cela doit également être certifié par les autorités compétentes.


Le RSI est un cadre juridiquement contraignant pour enrayer la propagation des maladies infectieuses et d'autres menaces pour la santé. L'exigence pour les voyageurs de présenter un certificat de vaccination est à la discrétion de chaque État Partie et, actuellement, ce certificat n'est pas demandé par tous les pays.


2. Lutte antivectorielle


On peut réduire le risque de transmission de la fièvre jaune dans les zones urbaines en éliminant les gîtes larvaires potentiels par l'application de produits larvicides dans les conteneurs pour conserver l'eau et dans tous les endroits où l'eau peut s'accumuler. 


La surveillance des vecteurs et la lutte antivectorielle s'inscrivent dans la lutte contre les maladies à transmission vectorielle, en particulier pour ce qui est du contrôle de la transmission en cas d'épidémie. Pour ce qui est de la fièvre jaune, la surveillance des vecteurs ciblant Aedes aegypti ainsi que d'autres espèces d'Aedes permettra de connaître les zones urbaines susceptibles d'être le théâtre d'une flambée.


Comprendre la distribution de ces moustiques sur un territoire peut permettre à un pays d'accorder la priorité à certaines zones afin de renforcer la surveillance de la maladie humaine et le dépistage, et d'envisager des activités de lutte antivectorielle. La gamme d'insecticides sans danger, efficaces et rentables pouvant être utilisés contre les vecteurs adultes est actuellement limitée du point de vue de la santé publique. Cela s'explique principalement par la résistance des principaux vecteurs aux insecticides habituels et au retrait ou à l'abandon de certains pesticides pour des raisons d'innocuité ou de coût d'une nouvelle homologation.


Historiquement, les campagnes de lutte contre les moustiques ont permis d'éliminer avec succès Aedes aegypti, le vecteur urbain de la fièvre jaune, de la plupart des pays continentaux d'Amérique centrale et du Sud. Toutefois, cette espèce de moustique a recolonisé les zones urbaines de cette région et représente à nouveau un risque de fièvre jaune urbaine.


Les programmes de lutte ciblant les moustiques sauvages dans les zones forestières sont difficilement praticables pour la prévention de la transmission selvatique (dans la jungle) de la fièvre jaune.
Des mesures de prévention personnelles, comme le port de vêtements couvrant le maximum de peau et l'utilisation de répulsifs, sont recommandées afin d'éviter les piqûres de moustiques. L'utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide sur les lits est une mesure moins efficace, car les moustiques Aedes piquent pendant la journée.


3. Préparation et riposte aux épidémies


La prompte détection de la fièvre jaune et la riposte rapide au moyen de campagnes de vaccination d'urgence sont essentielles pour lutter contre les flambées. La sous-notification reste cependant préoccupante et on estime que le véritable nombre des cas est de 10 à 250 fois supérieures à celui des cas actuellement notifiés.


L'OMS recommande à chaque pays à risque de disposer au moins d'un laboratoire national pouvant pratiquer les tests hématologiques de base pour le diagnostic de la fièvre jaune. On considère qu'un cas confirmé en laboratoire au sein d'une population non vaccinée constitue à lui seul une flambée.


Quel que soit le contexte, tout cas confirmé doit être étudié de manière approfondie. Les équipes d'investigation doivent évaluer la flambée et riposter à la fois en prenant des mesures d'urgence et en établissant des plans de vaccination à plus long terme.


Action de l'OMS


En 2016, 2 flambées urbaines de fièvre jaune liées – à Luanda (Angola) et à Kinshasa (République démocratique du Congo), avec une exportation internationale plus large de la maladie de l'Angola vers d'autres pays, y compris la Chine – ont montré que la fièvre jaune représente une grave menace à l'échelle mondiale, qui implique d'initier une nouvelle réflexion stratégique.
La stratégie d'élimination de l'épidémie de fièvre jaune (EYE) a été mise sur pied afin de répondre à la menace accrue liée aux flambées urbaines de fièvre jaune qui se propagent en dehors des frontières. Pilotée par l'OMS, l'UNICEF et Gavi, l'Alliance du vaccin, la stratégie EYE accompagne 40 pays et fait intervenir plus de 50 partenaires.


La stratégie mondiale EYE vise 3 objectifs stratégiques:


1. protéger les populations à risque;


2. prévenir la propagation internationale de la fièvre jaune;


3. contenir rapidement les flambées.
Ces objectifs sont appuyés par 5 compétences gages de réussite:


1.         des vaccins abordables et un marché des vaccins régulier;


2.         un engagement politique fort à l'échelle mondiale, régionale et nationale;


3.         une gouvernance de haut niveau avec des partenariats à long terme;


4.         des synergies avec d'autres programmes de santé et d'autres secteurs;


5.         de la recherche-développement afin de mettre au point des outils et des pratiques de meilleure qualité.


La stratégie EYE est exhaustive, plurielle et pluripartite. Certes, elle recommande la vaccination, mais elle préconise également la construction de centres urbains résilients, la planification de la préparation urbaine et le renforcement de l'application du Règlement sanitaire international (2005).


Le partenariat EYE appuie les pays d'Afrique et des Amériques dans lesquels le risque de fièvre jaune est élevé et modéré en renforçant leur capacité de surveillance et de laboratoire afin de riposter aux cas et aux flambées de fièvre jaune. Les partenaires de la stratégie EYE apportent également leur soutien à la mise en œuvre et à la pérennisation de programmes de vaccination systématique et de campagnes de vaccination (préventive, anticipée, réactive) là où cela s'avère nécessaire et au moment opportun.





Proposé par l'association :
AHMO-MSA

Auteur :
Date de rédaction :

Coordonnées de l'association
AHMO-MSA

Adresse :
7, résidence du Village
95400 Villiers-le-Bel

Web : www.canalmsa-tvci.net
Tel : 09 67 37 57 66

Ce bouton vous permet d'envoyer un message via un formulaire à l'adresse email de l'association.
Nous ne dévoilons jamais les emails que nous avons dans notre base et l'association décidera seule si elle souhaite vous répondre.

Si vous êtes responsable de cette association, nous vous conseillons de tester cette fonctionnalité et de vérifier que vous recevez bien l'email.
Si ça n'est pas le cas, vérifiez que celui-ci n'a pas été classé par erreur dans votre dossier de "spam". Dans ce cas, déclarez-le comme "non-spam" pour recevoir les futurs messages.

Si vous souhaitez changer l'email de contact ou ayez un doute sur celui-ci, vous pouvez nous envoyer un message via ce formulaire.

Coordonnées

7, résidence du Village
95400 Villiers-le-Bel


Toutes les actualités de l'association

COTE D'IVOIRE: Sketch sur le paludisme par les écolier d'une école primaire de Dimbokro

20/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE: Sketch sur le paludisme par les écolier d'une école primaire de Dimbokro

COTE D'IVOIRE : Interview de Nana Kotchio de Dimbokro en langue Locale

20/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE : Interview de Nana Kotchio de Dimbokro en langue Locale

COTE D'IVOIRE : Interview de Nana Kotchio de Dimbokro en langue française

20/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE : Interview de Nana Kotchio de Dimbokro en langue française

COTE D'IVOIRE:Interview des différents partenaires du paludisme

20/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE:Interview des différents partenaires du paludisme

COTE D'IVOIRE: Interview de mme Trahoré Pépa Présidente des femmes de Dimbokro

19/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE: Interview de mme Trahoré Pépa Présidente des femmes de Dimbokro

COTE D'IVOIRE: Allocution du représentant du Maire de Dimbokro

19/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE: Allocution du représentant du Maire de Dimbokro

COTE D'IVOIRE: Allocution du représentant de l'OMS

19/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE: Allocution du représentant de l'OMS

COTE D'IVOIRE: LES INTERVIEWS- DU PREFET, DU DR TANOH MEA ANTOINE

19/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE: LES INTERVIEWS- DU PREFET,  DU DR TANOH MEA ANTOINE

Une réunion des pays africains co-endémiques de la lèpre, du pian et de l’ulcère de Buruli, organisée par l’OMS du 15 au 18 mai 2018 à Abidjan,

18/05/2019 : Villiers-le-Bel
Une réunion des pays africains co-endémiques de la lèpre, du pian et de l’ulcère de Buruli, organisée par l’OMS du 15 au 18 mai 2018 à Abidjan,

L'ulcère de Buruli est provoqué par la bactérie Mycobacterium ulcerans.

18/05/2019 : Villiers-le-Bel
L'ulcère de Buruli est provoqué par la bactérie Mycobacterium ulcerans.

Logements sociaux : la SICOGI et le groupe chinois China Railway Construction Corporation envisagent la construction de 50 000 logements

17/05/2019 : Villiers-le-Bel
Logements sociaux : la SICOGI et le groupe chinois China Railway Construction Corporation envisagent la construction de 50 000 logements

Fièvre jaune

17/05/2019 : Villiers-le-Bel
Fièvre jaune

Conseil des ministres du mercredi 15 mai 2019

17/05/2019 : Villiers-le-Bel
Conseil des ministres du mercredi 15 mai 2019

Déclaration conjointe du Président de la République, Emmanuel Macron, et de Justin Trudeau, Premier ministre du Canada

17/05/2019 : Villiers-le-Bel
Déclaration conjointe du Président de la République, Emmanuel Macron, et de Justin Trudeau, Premier ministre du Canada

Échange avec des créateurs de start-up françaises et européennes au salon VivaTech.

17/05/2019 : Villiers-le-Bel
 Échange avec des créateurs de start-up françaises et européennes au salon VivaTech.

À Sibiu en Roumanie, une Journée de l’Europe tournée vers l’avenir.

16/05/2019 : Villiers-le-Bel
À Sibiu en Roumanie, une Journée de l’Europe tournée vers l’avenir.

L’Appel de Christchurch pour agir contre le terrorisme et l’extrémisme violent en ligne

16/05/2019 : Villiers-le-Bel
L’Appel de Christchurch pour agir contre le terrorisme et l’extrémisme violent en ligne

COTE D'IVOIRE: Industrie : le fabricant du lait "Bonnet Rouge" installe son siège Afrique à Abidjan

16/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE: Industrie : le fabricant du lait

Entretien avec Sa Béatitude Youssef Ier ABSI, Patriarche d’Antioche des melkites

15/05/2019 : Villiers-le-Bel
Entretien avec Sa Béatitude Youssef Ier ABSI, Patriarche d’Antioche des melkites

Nomination de M. Rémy RIOUX en qualité de directeur général de l’Agence française de développement

15/05/2019 : Villiers-le-Bel
Nomination de M. Rémy RIOUX en qualité de directeur général de l’Agence française de développement

Réception en l’honneur des Meilleurs Ouvriers de France

15/05/2019 : Villiers-le-Bel
Réception en l’honneur des Meilleurs Ouvriers de France

Hommage national aux premiers maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, morts pour la France.

15/05/2019 : Villiers-le-Bel
Hommage national aux premiers maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, morts pour la France.

COTE D'IVOIRE:Atelier de renforcement de capacités en matière de traitement médiatique de la migration

13/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE:Atelier de renforcement de capacités en matière de traitement médiatique de la migration

COTE D'IVOIRE:Fête du Travail : la grève ne doit pas mettre à mal la marche du pays, estime le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly

13/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE:Fête du Travail : la  grève ne doit  pas mettre à mal la marche du pays, estime le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly

COTE D'IVOIRE:Fête du Travail : les syndicats saluent le Programme Social et invitent le gouvernement à faire plus

13/05/2019 : Villiers-le-Bel
COTE D'IVOIRE:Fête du Travail : les syndicats saluent le Programme Social et invitent le gouvernement à faire plus
-> voir toutes les actualités de cette association